Qu’est ce que l’ostéopathie viscérale ?

Le but de l’ostéopathie viscérale est de recréer, d’harmoniser et d’augmenter la communication proprioceptive dans le corps, afin d’améliorer son mécanisme interne pour une santé optimale. La manipulation viscérale est une mobilisation fasciale spécifique d’un organe et repose sur le prémisse que la libre circulation à l’intérieur du corps est vitale et que toute restriction aura des effets néfastes sur la santé. La manipulation viscérale traite les déséquilibres fonctionnels et structurels dans tout le corps, dans le but d’affecter les dysfonctionnements musculo-squelettique, vasculaire, nerveux, urogénital, respiratoire, digestif et lymphatique. Il évalue et traite la dynamique du mouvement et de la suspension en relation avec les organes, les membranes, les fascias et les ligaments et augmente la communication proprioceptive au sein du corps, le revitalisant ainsi et soulageant les symptômes de douleur, de dysfonctionnement et de mauvaise posture.

1. Les principes de l’ostéopathie viscérale:

La manipulation viscérale repose sur la palpation des forces normales et anormales à l’intérieur du corps, dans le but spécifique d’encourager le tonus et les mouvements normaux, à la fois à l’intérieur et entre les organes internes, leurs tissus conjonctifs et d’autres structures du corps où le mouvement normal a été altéré. En utilisant des techniques manuelles précises, telles que la palpation du fascia superficiel et profond de la mobilité et de la motilité des organes, les thérapeutes peuvent évaluer comment les forces anormales interagissent, se chevauchent et affectent les forces normales du corps au travail. L’objectif de la manipulation viscérale est d’aider le corps à retrouver une fonction normale et ainsi éliminer les symptômes compensatoires, quelle qu’en soit la source, ce qui conduit à une meilleure santé et à un fonctionnement optimal du corps.

2. Histoire de l’ostéopathie viscérale et de son fondateur:

L’ostéopathe Jean-Pierre Barral a été initié au concept de manipulation viscérale alors qu’il travaillait comme kinésithérapeute à l’hôpital des maladies pulmonaires de Grenoble, où il a rencontré Georges Arnaud, spécialiste des maladies pulmonaires et de la dissection des cadavres. Avec Arnaud, Barral a étudié les modèles de stress dans les tissus des cadavres ainsi que la biomécanique des sujets vivants. Cela lui a permis de découvrir le système viscéral, son potentiel à promouvoir les lignes de tension à l’intérieur du corps et la notion que les tissus ont une mémoire. Utilisant son travail avec Arnaud comme fondation, Barral a continué à étudier comment l’épaississement des tissus dans le corps a créé des zones de plus grande tension mécanique qui, à son tour, a tiré sur les tissus environnants. Ses découvertes l’ont conduit au développement théorique et pratique des  » techniques d’écoute viscérale « , selon lesquelles, lorsqu’il  » écoute « , les mains du thérapeute restent totalement passives, tout en détectant et évaluant l’axe et l’amplitude de la motilité viscérale.
Travaillant principalement avec la manipulation articulaire et structurelle, Barral a commencé à former la base de la manipulation viscérale lors d’une séance inhabituelle avec un patient qu’il avait traité avec des manipulations de la colonne vertébrale. Lors d’une visite de retour, Barral a noté une amélioration appréciable de l’amplitude des mouvements du patient. Le patient a confirmé qu’il se sentait soulagéde son mal de dos après s’être rendu chez un « vieil homme qui a poussé quelque chose dans mon abdomen », une déclaration qui a piqué l’intérêt de Barral pour la relation entre les viscères et la colonne vertébrale. Par la suite, il a commencé à explorer les manipulations de l’estomac avec plusieurs patients, avec des résultats positifs, ce qui l’a amené à développer la manipulation viscérale.
Avec l’aide du radiologue Serge Cohen, Barral a également documenté les changements dans les viscères avant et après la manipulation, en utilisant la fluoroscopie à rayons X et les ultrasons pour enregistrer les changements de position et de mouvement, ainsi que l’échange et l’évacuation des fluides. Cohen et Barral ont également mené des recherches supplémentaires avec une équipe d’ingénieurs et de techniciens électriciens utilisant les émissions infrarouges du corps.

3. La manipulation en ostéopathie viscérale:

La manipulation viscérale est utilisée pour localiser et libérer les schémas dysfonctionnels dans tout le corps qui limitent le mouvement et diminuent la vitalité. Il encourage les mécanismes naturels du patient pour améliorer le fonctionnement des organes, dissiper les effets négatifs du stress, améliorer la mobilité du système musculo-squelettique à travers les attaches du tissu conjonctif et influencer le métabolisme en général.
Les thérapeutes utilisant la manipulation viscérale évaluent les actions fonctionnelles dynamiques ainsi que les structures somatiques qui exécutent des activités individuelles. Ils évaluent également la qualité des structures (y compris les muscles, le fascia, les organes et les fluides) et leurs fonctions par rapport à un modèle harmonieux global, le mouvement servant de jauge pour déterminer la qualité.
En raison de la nature délicate et souvent très réactive des tissus viscéraux, il est suggéré d’utiliser une force douce et dirigée avec précision. Comme avec d’autres méthodes de manipulation qui affectent profondément le corps, la manipulation viscérale ne fonctionne que pour aider les forces d’auto-guérison déjà au travail, et pour cette raison, les thérapeutes formés qui l’appliquent de façon appropriée profiteront très probablement au corps plutôt que d’ajouter d’autres blessures ou désorganisation.

4. Indications à l’ostéopathie viscérale:

Les patients recherchent la manipulation viscérale pour une variété de troubles qui affectent les systèmes de l’organisme. Il s’agit notamment

  • De troubles aigus : coup de fouet cervical, blessures à la ceinture de sécurité et blessures à la poitrine ou à l’abdomen.
  • De troubles musculo-squelettiques : interactions somatiques et viscérales, dysfonctionnement chronique de la colonne vertébrale, maux de tête et migraines, syndrome du tunnel carpien, douleurs articulaires périphériques et sciatique.
  • De douleurs liées au tissu cicatriciel post-opératoire, au tissu cicatriciel post-infection et aux mécanismes autonomes.
  • De troubles digestifs : ballonnements, constipation, nausées, reflux acide, reflux gastro-oesophagien, reflux gastro-oesophagien pathologique et troubles de la déglutition.
  • De problèmes de santé spécifiques aux femmes et aux hommes : douleurs pelviennes chroniques, endométriose, fibromes et kystes, dysménorrhée, incontinence vésicale, dysfonction de la prostate, douleurs testiculaires référées et effets de la ménopause.
  • De problèmes pédiatriques : constipation, gastrite, vomissements persistants, reflux vésico-urétéral, coliques, torticolis.
  • De problèmes émotionnels : anxiété et dépression et syndrome de stress post-traumatique.

5. Comment agit l’ostéopathie viscérale ?

L’ostéopathie viscérale rend le mouvement physiologique aux tissus, améliorant ainsi le mouvement normal du corps, y compris le mouvement des structures viscérales les unes par rapport aux autres et le mouvement à l’intérieur de chaque structure. Il augmente également la communication au sein du corps par l’amélioration du fonctionnement du système nerveux, de la circulation, des systèmes lymphatique et respiratoire en adoucissant le fascia qui entoure chacune de ces structures, ce qui réduit la pression sur elles et permet un meilleur échange de fluides. Cela améliore la décomposition et l’élimination des déchets, réduit l’inflammation et la douleur, et améliore l’administration d’hormones et de produits chimiques aux cellules. En libérant et/ou en résolvant une restriction des tissus, y compris les adhérences ou les cicatrices, la circulation normale peut reprendre dans le corps. Le taux de réparation tissulaire augmente à mesure que la fonction nerveuse normale et le transport axoplasmique associé sont restaurés dans la zone traitée.

6. Quelles sont les effets de l’ostéopathie viscérale ?

L’ostéopathie viscérale peut également favoriser l’humeur et le sommeil, en partie grâce à l’effet que les niveaux de sérotonine ont sur ces éléments, qui est augmenté par les applications de massage, et le rôle que le système digestif joue dans la fabrication de cette hormone. Les spasmes musculaires peuvent être libérés, ce qui réduit ou élimine la douleur et augmente la flexibilité des articulations. Dans l’ensemble, la manipulation viscérale rétablit la capacité du corps à s’adapter et à retrouver santé, équilibre et vitalité.

7. Qui est autorisé à pratiquer les techniques viscérale ?

L’ostéopathie viscérale est applicable dans la plupart des contextes cliniques, car elle permet de combler les besoins de diverses populations de patients et est effectuée par une grande variété de professionnels de la santé. Il s’agit notamment des praticiens ostéopathes, des praticiens en médecine allopathiques, des docteurs en chiropraxies, des docteurs en médecine orientale, des naturopathes, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des massothérapeutes et d’autres professionnels autorisés en thérapie manuelle.

8. Comment est effectué le diagnostique en ostéopathie viscérale ?

En raison de la nature précise de l’ostéopathie viscérale, cette thérapie est très efficace pour localiser et traiter la cause principale de la douleur ou du dysfonctionnement. Les techniques d’évaluation utilisées dans la manipulation viscérale, appelées  » écoute générale  » et  » écoute locale « , sont les clés de voûte de cette modalité. Ils aident le thérapeute à trouver cette restriction primaire, car les mains  » d’écoute  » du thérapeute sont passives, détectant et évaluant les mouvements subtils mais distincts de la mobilité et de la motilité viscérale, ainsi que les restrictions fasciales s’étendant dans tout le corps. Une restriction est une zone de flexibilité réduite qui tire les tissus environnants vers elle, et le thérapeute le sentira sous ses mains. Le corps  » étreint la lésion « , ce qui signifie que lorsqu’il y a une tension à l’avant du corps, le corps se plie vers l’avant, et lorsque la tension est d’un côté, le corps se tortille vers ce côté. L’individu aura l’air d’essayer d’enrouler le corps autour de la zone de tension, et le thérapeute peut sentir cette tension tirer vers cette zone restreinte.
À l’aide de connaissances anatomiques et de mains expertes, le thérapeute est en mesure de déterminer les structures qui préoccupent le plus le corps au moment de l’examen, qui peuvent ou non se trouver là où la personne éprouve des symptômes, mais où se trouve le noyau ou la tension primaire qui cause les symptômes. L’écoute est utilisée non seulement pour guider le thérapeute vers les zones à traiter, mais aussi pour permettre au thérapeute de mieux sentir comment les tissus doivent être libérés.
Grâce à ce traitement très spécifique et localisé, des effets positifs de grande portée peuvent être observés dans tout le corps.
La manipulation viscérale est une thérapie manuelle pratique qui ne nécessite que l’application habile des mains du thérapeute pour évaluer et traiter, ainsi qu’une connaissance approfondie de l’anatomie.

9. Comment s’effectue une consultation en ostéopathie viscérale ?

L’évaluation et le traitement s’effectuent debout ou avec le patient assis ou couché sur une table de thérapie. Le traitement se fait par compression douce, mobilisation et élongation des tissus. Le thérapeute peut établir un contact profond avec le corps, mais ce contact ne doit pas être invasif et rarement douloureux.
La manipulation viscérale vise à trouver et à résoudre les tensions dans les tissus et à restaurer ainsi le mouvement normal des tissus. Une ligne directrice centrale pour la manipulation viscérale est d’évaluer la personne pour trouver la structure qui cause le plus grand problème pour le corps à ce moment-là. Il peut être différent à chaque séance, car le thérapeute se concentre sur ce dont le corps du patient a le plus besoin à cette séance particulière.
Lors de la consultation initiale, le thérapeute devrait être en mesure de donner une idée de la fréquence et de la durée nécessaire pour voir le patient, et cela dépendra de l’état de santé de la personne et des objectifs du traitement. En général, la plupart des gens remarqueront des changements au bout de 3 à 5 séances, bien que pour certains problèmes à très long terme ou graves, cela peut être plus long. Certains problèmes changeront rapidement et d’autres plus graduellement, selon l’état, la durée de la maladie et la façon dont l’organisme réagit au traitement. De plus, le temps entre chaque séance varie selon l’état de santé, bien que la moyenne soit d’environ une visite toutes les 2 à 3 semaines, car cela permet aux tissus de s’ajuster entre les rendez-vous. La durée des séances peut également varier en fonction du style du thérapeute et des besoins du patient. Les séances peuvent être aussi courtes que 10 minutes (peut-être avec un bébé), ou jusqu’à 1 heure ou plus dans certains cas.
La manipulation viscérale vise à redonner à l’organisme une structure et une fonction optimales. Pour identifier les zones de restriction et la façon dont elles doivent être libérées, le thérapeute ressent les tissus et leurs tensions. C’est ce qu’on appelle  » l’écoute  » et c’est l’un des principes les plus importants de la manipulation viscérale. Comme chaque personne est unique, ce n’est qu’en suivant les tensions corporelles d’un individu qu’un thérapeute peut déterminer la meilleure façon d’aider un corps particulier à les libérer.
Les organes se déplacent en trois dimensions ; par conséquent, les restrictions se produisent en trois dimensions. Par conséquent, le traitement de manipulation viscérale vise à restaurer le mouvement dans les trois plans de mouvement : haut et bas, avant et arrière et d’un côté à l’autre.
Pour les problèmes structurels, que ce soit dans l’ossature osseuse, les tissus mous ou les organes internes, le thérapeute trouve le point qui cause la plus grande restriction du mouvement ou augmente la tension sur les tissus et libère cette zone. Cela permet aux tissus affectés et aux modèles compensatoires de retrouver une fonction normale. Il s’agit d’un exemple de structure régissant la fonction, et en termes de manipulation viscérale, est connu sous le nom de mobilité des tissus.
De même, lorsqu’un organe a un problème fonctionnel, le thérapeute utilise des techniques, comme l’augmentation des mouvements subtils, pour rétablir le rythme intrinsèque normal de l’organe (connu sous le nom de motilité) afin de permettre à la fonction de se normaliser. La motilité peut être réduite par un problème à l’intérieur de l’organe lui-même, comme l’inflammation, les préoccupations émotionnelles ou par rapport aux médicaments. Dans ces cas, le traitement de la motilité rétablit l’équilibre énergétique de l’organe. La réduction de la motilité peut également être due aux structures environnantes qui ont lié un organe et empiètent sur son mouvement cellulaire. Dans ces cas, le traitement de la motilité est utilisé après la libération de la mobilité pour rappeler à l’organe sa trajectoire de mouvement inhérente.
La manipulation viscérale vise à redonner à l’organisme une structure et une fonction optimales. Pour identifier les zones de restriction et la façon dont elles doivent être libérées, le thérapeute ressent les tissus et leurs tensions (film 1 et film 2). C’est ce qu’on appelle  » l’écoute  » et c’est l’un des principes les plus importants de la manipulation viscérale. Comme chaque personne est unique, ce n’est qu’en suivant les tensions corporelles d’un individu qu’un thérapeute peut déterminer la meilleure façon d’aider un corps particulier à les libérer.
Les organes se déplacent en trois dimensions ; par conséquent, les restrictions se produisent en trois dimensions. Par conséquent, le traitement de manipulation viscérale vise à restaurer le mouvement dans les trois plans de mouvement : haut et bas, avant et arrière et d’un côté à l’autre.
Pour les problèmes structurels, que ce soit dans l’ossature osseuse, les tissus mous ou les organes internes, le thérapeute trouve le point qui cause la plus grande restriction du mouvement ou augmente la tension sur les tissus et libère cette zone. Cela permet aux tissus affectés et aux modèles compensatoires de retrouver une fonction normale. Voici un exemple de structure La fonction directrice, et en termes de manipulation viscérale, est connue sous le nom de mobilité des tissus.
De même, lorsqu’un organe a un problème fonctionnel, le thérapeute utilise des techniques, comme l’augmentation des mouvements subtils, pour rétablir le rythme intrinsèque normal de l’organe (connu sous le nom de motilité) afin de permettre à la fonction de se normaliser. La motilité peut être réduite par un problème à l’intérieur de l’organe lui-même, comme l’inflammation, les préoccupations émotionnelles ou par rapport aux médicaments. Dans ces cas, le traitement de la motilité rétablit l’équilibre énergétique de l’organe. La réduction de la motilité peut également être due aux structures environnantes qui ont lié un organe et empiètent sur son mouvement cellulaire. Dans ces cas, le traitement de la motilité est utilisé après la libération de la mobilité pour rappeler à l’organe sa trajectoire de mouvement inhérente.

10. La dysfonction viscérale ou la lésion ostéopathique viscérale:

La « lésion » est le terme ostéopathique désignant une anomalie des tissus causée par une maladie ou un traumatisme, et comprend la restriction d’un tissu. Une restriction dans une partie du corps ne reste pas isolée. En raison de l’interconnexion du corps par le fascia, la structure et les effets des forces gravitationnelles, la transmission de la pression, du mouvement, de la posture et de la tension font que la restriction d’un tissu entraîne rapidement toute une série de compensations et de changements dans d’autres tissus du corps. Par exemple, un problème peut commencer dans le gros orteil, ce qui modifie la dynamique du pied et de la cheville, affectant la démarche et entraînant des déséquilibres pelviens. Ceci, à son tour, peut mener à des changements dans le fonctionnement des organes pelviens, menant peut-être à la constipation, à la dysménorrhée, ou à des douleurs abdominales, ou à des changements dans la colonne vertébrale, menant à des douleurs au cou ou à des maux de tête. C’est ce qu’on appelle une chaîne lésionnelle, c’est-à-dire la chaîne de réactions déclenchée par une restriction ou une lésion. Dans de nombreux cas, une chaîne lésionnelle peut ne présenter aucun symptôme, car le corps est encore capable de compenser le modèle de tension. Cependant, avec le temps, le corps est moins capable de compenser, et les symptômes commencent à apparaître au fur et à mesure que le corps ou l’organe se décompense. Les chaînes lésionnelles expliquent pourquoi un thérapeute peut sembler s’attaquer à des parties du corps sans rapport avec les symptômes.
Dans la manipulation viscérale, le but du thérapeute est de trouver le début de la chaîne lésionnelle et d’aider à normaliser cette zone, ce qui peut bien résoudre un certain nombre de problèmes résiduels qu’une restriction a causé.

11. Contre indication à l’ostéopathie viscérale:

Il y a très peu de contre-indications totales au traitement ostéopathique; cependant, il y a diverses contre-indications pour certaines techniques, pour différents âges et pour certaines conditions. Si un thérapeute découvre qu’il y a des signes d’infection aiguë, d’inflammation ou de traumatisme récent, il est préférable de permettre au corps de faire face au problème actuel plutôt que de lui donner plus de changements auxquels faire face. Appliquée pendant une crise, la manipulation viscérale pourrait surcharger le corps d’informations, mais une fois la crise passée, elle peut être très utile pour aider le corps à réévaluer les adaptations qu’il a faites pour faire face à la crise. Cela permet d’éviter les compensations résiduelles qui pourraient entraîner des restrictions ou d’autres problèmes plus tard.
Les thérapeutes apprennent à agir avec prudence et peuvent donc choisir de ne pas traiter quelqu’un s’ils ont des raisons de s’inquiéter. Plus précisément, les thérapeutes devraient rechercher les signes d’une maladie grave qui pourrait mettre la vie en danger ou qui pourrait se détériorer si on ne s’en occupe pas immédiatement. Il peut s’agir, par exemple, d’une tumeur, d’un saignement dans une partie du corps, d’une thrombose, d’un ulcère perforé, d’une hypertrophie des ganglions lymphatiques, d’une perte de poids inexpliquée, d’un anévrisme, d’une affection cardiaque ou d’une infection. Lorsque vous travaillez dans la région pelvienne, si vous soupçonnez une grossesse ou la présence d’un dispositif intra-utérin, le traitement peut ne pas être approprié à ce moment-là. Cependant, chaque cas est individuel, et tant que les thérapeutes sont conscients des circonstances possibles qui pourraient signifier qu’il y a une contre-indication à la manipulation viscérale, ils devraient juger tous les cas sur leurs mérites et les parties du corps qui ont besoin d’un traitement.

L’Ostéopathie viscérale
5 (100%) 2 votes

Remboursement mutuelle

Aujourd'hui, la sécurité sociale ne reconnaît pas l’ostéopathie comme une pratique vraiment efficace. Trop peu de gens sont informées sur les procédures de remboursement de l'ostéopathie, mais aussi et surtout de son efficacité.

Les techniques ostéopathiques

Les techniques ostéopathiques demande un effort partagé entre le patient et le praticien, ces techniques agissent sur le système locomoteur en réajustant des os mal positionner mais aussi et surtout sur le système nerveux.

Législation de l’ostéopathie en France

Le Parlement européen a voté le 9 mai 1997 une “résolution” en faveur de sept médecines non conventionnelles: chiropraxie, médecine anthroposophique, médecine traditionnelle chinoise dont acupuncture, ostéopathie, naturopathie et phytothérapie, shiatsu.

L’Ostéopathie crânienne

L'ostéopathie crânienne est l'étude de l'anatomie et de la physiologie du crâne, du système nerveux central, du liquide céphalorachidien et de leurs relations avec l'ensemble du corps et particulièrement le cou.

Histoire de l’ostéopathie

C’est le 22 juin 1874 dans le middle West américain dans un contexte médical plus proche des descriptions de Molière que de la médecine actuel, que Andrew Taylor Still invente l'ostéopathie.

Déroulement d’une séance d’ostéopathie

Une séance d'ostéopathie dure plus ou moins une heure selon les praticiens et la demande thérapeutique. Celle ci débute dès votre entrée dans le cabinet et le praticien vous invite a le suivre de la salle d'attente vers la salle d'examen.

Sed pulvinar felis libero ut risus Donec felis