L’Ostéopathie contre le syndrome fémoro patellaire 2018-05-02T17:37:32+00:00

L’Ostéopathie contre le syndrome fémoro patellaire

Le syndrome fémoro patellaire ou syndrome rotulien est un ensemble de symptômes utilisé pour décrire une douleur situé à l’avant du genou et autour de la rotule. On l’appelle parfois « genou de coureur » ou « genou du sauteur » parce qu’il est fréquent chez les personnes qui pratiquent un sport en particulier les femmes et les jeunes adultes mais le syndrome fémoro-patellaire peut aussi se manifester chez les personnes qui ne font pas de sport en particulier et chez les personnes agées avec de l’arthrose. La douleur et la raideur qu’il cause peuvent rendre difficile de monter les escaliers, de s’agenouiller et d’effectuer d’autres activités quotidiennes.

Beaucoup de facteurs peuvent contribuer au développement du syndrome fémoro patellaire. Les problèmes d’alignement de la rotule et la surutilisation due à un entraînement vigoureux et l’age sont souvent des facteurs importants. Les symptômes sont souvent soulagés par un traitement conservateur (sans chirurgie) et des exercices thérapeutiques.

1. Anatomie du genou

Un genou sain se compose de quatre éléments principaux : les os, le cartilage, les ligaments et les tendons. Votre genou est la plus grande articulation de votre corps et l’une des plus complexes. Elle se compose de l’extrémité inférieure du fémur (fémur), de l’extrémité supérieure du tibia et de la rotule (ou patella).
Les ligaments et les tendons relient le fémur aux os de la jambe inférieure. Les quatre ligaments principaux du genou s’attachent aux os et agissent comme des cordes solides pour maintenir les os ensemble.
Les muscles sont reliés aux os par des tendons. Le tendon du quadriceps relie les muscles de l’avant de la cuisse à la rotule. Des segments du tendon du quadriceps, appelés rétine rotulienne, s’attachent au tibia et aident à stabiliser la rotule. Le tendon rotulien s’étend de la rotule au tibia.
Plusieurs structures dans l’articulation du genou facilitent les mouvements. Par exemple, la rotule qui repose dans une goutière sur le dessus du fémur appelée trochlée. Lorsque vous pliez ou redressez votre genou, la rotule se déplace à l’intérieur de cette rainure trochléaire.
Une substance glissante appelée cartilage articulaire recouvre les extrémités du fémur, le sillon trochléaire et le dessous de la rotule. Le cartilage articulaire aide vos os à glisser en douceur l’un contre l’autre pendant que vous bougez votre jambe.
La synovie: c’est une fine couche de tissu qui recouvre la surface de l’articulation. La synovie produit une petite quantité de liquide qui lubrifie le cartilage. De plus, juste en dessous de la rotule se trouve un petit coussinet de graisse qui coussine la rotule et agit comme un amortisseur de chocs.

2. Description du Syndrome femoro patellaire

Le syndrome fémoro-patellaire survient lorsqu’une lésion dans les tissus mous et notamment des cartillages survient. Dans certains cas de syndrome fémoro-patellaire, d’autres affections comme la chondromalacie ou la tendinite du tendons rotulien peuvent également s’ajouter à la pathologie. La chondromalacie rotulienne est le ramollissement et la dégradation du cartilage articulaire sur la face inférieure de la rotule du genou. Alors que la tendinite se caractérise par l’inflammation douloureuse du tendon.

1. Les symptômes du syndrome fémoro patellaire:

Le symptôme le plus courant du syndrome fémoro patellaire est une douleur sourde et douloureuse à l’avant du genou. Cette douleur qui commence graduellement est souvent liée à l’activité. Elle peut être présente dans l’un ou les deux genoux. D’autres symptômes courants comprennent :

Des douleur pendant l’exercice et les activités qui incite à plier le genou de façon répétée, comme monter des escaliers, courir, sauter ou s’accroupir.
Des douleur après une longue période d’assise avec les genoux fléchis, comme au cinéma ou en avion (on parle alors de signe du cinema).
Des douleur liée à un changement de niveau ou d’intensité d’activité, de surface de jeu ou d’équipement.
Des craquements dans votre genou lorsque vous montez les escaliers ou lorsque vous vous levez après une position assise prolongée.

2. Les causes du syndrome fémoro patellaire:

1. La Surutilisation:

Dans de nombreux cas, le syndrome fémoro patellaire est causé par des activités physiques vigoureuses qui exercent un stress répété sur le genou comme la course à pied, l’accroupissement ou monter des escaliers. Elle peut aussi être causée par un changement soudain de l’activité physique. Ce changement peut se situer au niveau de la fréquence et de l’intensité de l’activité physique.
D’autres facteurs qui peuvent contribuer à la douleur fémoro patellaire comprennent :

  • L’utilisation de techniques ou d’équipements d’entraînement sportif inadéquats.
  • Un changement récent de chaussures ou de surface de jeu.

2. Un mauvais alignement rotulien:

Le syndrome fémoro patellaire peut également être causé par une course anormal de la rotule du genou dans la trochlé du fémure (= goutière) . La rotule est alors poussée anormalement d’un côté de la goutière lorsque le genou est plié. Cette anomalie peut entraîner une augmentation de la pression entre le dos de la rotule et la trochlée, irritant le cartilage et les tissus mous.

Les facteurs qui contribuent à un mauvais positionnement de la rotule incluent :

Des problèmes d’alignement des jambes, des hanches et des chevilles. Ces problèmes d’alignement peuvent entraîner une malposition de la rotule qui se déplace trop loin vers l’extérieur ou l’intérieur de la jambe, ou une rotule qui monte trop haut dans sa goutière trochléaire: on parle alors de patella alta (rotule haute).
Des déséquilibres ou faiblesses musculaires, en particulier dans les muscles du quadriceps à l’avant de la cuisse. Lorsque le genou se plie et se redresse, les muscles du quadriceps et le tendon du quadriceps aident à maintenir la rotule dans la goutière trochléaire. Des quadriceps faibles ou déséquilibrés peuvent causer un mauvais suivi de la rotule à l’intérieur de la rainure.

3. Comment soigner un syndrome fémoro patellaire:

Dans de nombreux cas, la douleur fémoro patellaire s’améliorera avec un simple traitement à domicile.

1. Par un changements d’activité

Cessez de faire les activités qui vous font mal au genou jusqu’à ce que votre douleur soit résolue. Cela peut signifier changer votre routine d’entraînement ou passer à des activités à faible impact, ce qui réduira le stress sur l’articulation du genou. Le vélo et la natation sont de bonnes options à faible impact. Si vous faites de l’embonpoint, perdre du poids aidera aussi à réduire la pression sur votre genou.

2. La méthode RICE

RICE signifie repos, glace, compression et élévation.

Reposez-vous. Évitez de mettre du poids sur le genou douloureux.
De la glace. Utilisez les emballages froids pendant 20 minutes à la fois, plusieurs fois par jour. N’appliquez pas de glace directement sur la peau.
Compression. Pour éviter tout épenchement et gonflement supplémentaire, enveloppez légèrement le genou dans un bandage élastique, en laissant un trou dans la zone de la rotule. Assurez-vous que le pansement est bien ajusté et ne cause pas de douleur supplémentaire.
Élévation. Aussi souvent que possible, reposez-vous le genou levé plus haut que le cœur.

3. L’utilisation de médicaments

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène et le naproxène peuvent aider à réduire l’enflure et à soulager la douleur. Si la douleur persiste ou s’il devient plus difficile de bouger votre genou, communiquez avec votre médecin pour une évaluation approfondie.

3. Comment est posé le diagnostique médical:

1. L’examen physique:

Au cours de l’examen physique, le thérapeute vous demandera dans quelle circonstances votre douleur au genou a commencé et précisera la nature et la gravité de la douleur. L’ostéopathe vous demandera également quelles sont les activités qui déclenche la douleur.
Au cours de l’examen, le thérapeute utilisera divers test pour déterminer si votre genou présente des problèmes de malposition rotulienne. Pour déterminer l’emplacement exact de la douleur, le thérapeute peut appuyer et tirer doucement sur l’avant de vos genoux et de vos rotules. Il ou elle peut aussi vous demander de vous accroupir, de sauter ou de faire une fente pendant l’examen afin de déclencher la douleur et de tester la force de votre genou.

Pour aider à diagnostiquer la cause de votre douleur et à éliminer tout autre problème physique, l’ostéopathe peut aussi vérifier :

L’alignement de la jambe inférieure et de la position de la rotule.
La stabilité du genou, rotation de la hanche et amplitude des mouvements des genoux et des hanches.
Des douleurs présente à la palpation de la rotule.
L’attachement tendineux des muscles de l’avant cuisse (quadricepts) à la rotule du genou et de l’arrière des cuisses (ischio-jambiers).
Force, souplesse, fermeté et tonicité des muscles des hanches et du pied (notamment le tendon d’achile).

Enfin, l’ostéopathe peut vous demander de faire des allers-retours pour examiner votre démarche (la façon dont vous marchez). Il ou elle recherchera les problèmes de votre démarche qui peuvent contribuer à votre douleur au genou.

2. L’imagerie: les rayons X

Habituellement, un médecin sera en mesure de diagnostiquer le syndrome de douleur fémoro-patellaire par un simple examen physique. Dans la plupart des cas, cependant, il ou elle demandera aussi une radiographie pour éliminer les dommages lié à la structure du genou et aux tissus qui s’y rattachent.

4. Traitement du syndrome fémoro patellaire

Le traitement médical du syndrome fémoro-patellaire est conçu pour soulager la douleur et rétablir l’amplitude des mouvements et la force. Dans la plupart des cas, la douleur fémoro patellaire peut être traitée de façon non chirurgicale.

1. Traitement du syndrome fémoro patellaire par l’ostéopathie

L’ostéopathie peut aider à accélérer votre rétablissement tout en soulageant les symptômes. La première priorité de l’ostéopathe est de réduire la douleur. Un traitement impliquant la mobilisation des articulations du genou en combinaison avec le repos des activités aggravantes est nécessaire. Le strap de la rotule est souvent utilisé. Le traitement des muscles raccourcis et tendu autour de l’articulation du genou aide à améliorer le suivi de la rotule. Les techniques peuvent inclure le massage, le traitement des points sensibles (trigger point), les techniques de cracking, d’ajustement du bassin et la libération myofasciale ainsi que la prescription d’exercices et d’étirement.
De plus, maintenir l’équilibre musculaire, corriger les pieds plats, être en dessous de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) recommander, s’échauffer avant les séances d’entraînement, changer graduellement les régimes d’entraînement et éviter le stress inutile au genou sont des facteurs liés au style de vie qui peuvent devoir être abordés dans le cadre d’un plan de traitement.
Les recommandations concernant le renforcement des muscles proximaux du genou, y compris les quadriceps, les fessiers et le tronc, peuvent être appropriées en fonction de la biomécanique de chaque patient. L’aiguillage vers un podologue peut être nécessaire pour certains patients afin de les aider à prévenir cette blessure.

Autre traitement non chirurgical du syndrome fémoro patellaire:

En plus des changements d’activité, de la méthode RICE et des anti-inflammatoires, votre médecin peut vous recommander ce qui suit :

2. Des exercices de kinésithérapie:

Des exercices spécifiques vous aideront à améliorer l’amplitude des mouvements, la force et l’endurance. Il est particulièrement important de se concentrer sur le renforcement et l’étirement de votre quadriceps puisque ces muscles sont les principaux stabilisateurs de votre rotule. Les exercices de base peuvent également être recommandés pour renforcer les muscles de l’abdomen et du bas du dos.
Le port de semelles et d’orthèses plantaire:
Les semelles de chaussures peuvent aider à aligner et à stabiliser votre pied et votre cheville, éliminant ainsi le stress du bas de votre jambe. Les orthèses peuvent être faites sur mesure pour votre pied ou achetées  » sur étagère « . Les semelles de chaussures soulagent le bas de votre jambe en alignant votre pied et votre cheville.

3. Le traitement chirurgical

Le traitement chirurgical du syndrome fémoro patellaire est très rarement nécessaire et n’est effectué que dans les cas graves qui ne répondent pas au traitement non chirurgical. Les traitements chirurgicaux peuvent inclure :

Une Arthroscopie: Pendant l’arthroscopie, votre chirurgien insère une petite caméra, appelée arthroscope, dans l’articulation du genou. La caméra affiche des images sur un écran de télévision. Le chirurgien utilise ces images pour guider ses instruments chirurgicaux miniatures.
Le débridement. Dans certains cas, le retrait du cartilage articulaire endommagé de la surface de la rotule peut soulager la douleur.
Le déverrouillage latéral. Si le tendon latéral du rétinaculum est assez serré pour extraire la rotule de la rainure trochléaire, une procédure de libération latérale peut desserrer le tissu et corriger le défaut d’alignement rotulien.

Transfert de la tubérosité tibial. Dans certains cas, il peut être nécessaire de réaligner la rotule en déplaçant le tendon rotulien avec une partie de la tubérosité tibiale (la proéminence osseuse sur le tibia). Une incision chirurgicale ouverte traditionnelle est nécessaire pour cette intervention. Le médecin détache partiellement ou totalement la tuberculose tibiale afin de pouvoir déplacer l’os et le tendon vers l’intérieur du genou. Le morceau d’os est ensuite rattaché au tibia à l’aide de vis. Dans la plupart des cas, ce transfert permet un meilleur suivi de la rotule dans la rainure trochléaire.

5. Conseils pour la prévention du syndrome fémoro patellaire:

Pratiquez des exercice d’extension du quadriceps (presse): Les exercices d’extension des jambes aident à renforcer et à étirer les quadriceps, les muscles à l’avant de la cuisse.

Le syndrome fémoro patellaire est généralement soulagé par des mesures simples ou la pratique de thérapie manuelle. Il peut toutefois se reproduire si vous n’apportez pas de modifications à votre routine d’entraînement ou à votre activité. Il est essentiel de maintenir un conditionnement approprié des muscles autour du genou, en particulier les quadriceps et les ischio-jambiers.

Il y a d’autres mesures que vous devez prendre en compte pour prévenir la récidive du syndrome fémoro patellaire.

Ils comprennent :

  • Le port de chaussures adaptées à vos activités.
  • La pratique d’échauffement approprié avant de faire de l’activité physique
  • D’incorporer des exercices d’étirement et de flexibilité pour les quadriceps et les ischio-jambiers dans votre routine d’échauffement avant et après une activité physique.
  • Réduire toute activité qui a blessé vos genoux dans le passé.
  • Éviter le surpoids pour éviter de toute pression supplémentaire sur vos genoux.
L’Ostéopathie contre le syndrome fémoro patellaire
5 (100%) 1 vote

consequat. Donec Aliquam elit. ipsum tristique